Hommage à Phurbu

Hommage à Phurbu

 

Elle avait souhaité une belle année 2012 à tous, sur sa page Facebook, en ce 31 décembre, avant de s’envoler vers l’Inde. Ce furent ses derniers mots, mi-anglais, mi-français, à ceux qu’elle aimait…

Elle nous a quittés, comme elle a toujours vécu, dans la discrétion et la simplicité.

Nos chemins se sont croisés en mai 2004, lors de la Foire-expo de Niort, où son pays natal fut mis à l’honneur pendant dix jours. Une jolie rencontre qui allait devenir une histoire d’amitié et de fraternité.

Phurbu
Phurbu

Après des études brillantes, et malgré une éducation hors contexte tibétain, elle portait en elle des valeurs humaines incontestables. Son univers scolaire avait été jalonné d’amour, de respect, de tolérance. Elle vénérait celle qu’elle-même et tous ses camarades appelaient Mère. Son passage au Centre International Sri Aurobindo de Pondichery avait marqué sa vie à jamais. Treize années d’éducation que l’on peut qualifier de moderne et d’avant-gardiste, basée sur l’amour de soi et des autres, au cours desquelles elle partagea le quotidien d’une communauté qui lui forgera une grande ouverture d’esprit.

Cette éducation remarquable qu’elle reçut en Inde, sa seconde patrie, ne fit que compléter et mettre en exergue les valeurs que son peuple a toujours véhiculées depuis des siècles. Elle portait en elle cette magnifique philosophie bouddhiste, faite d’amour, de joie, de simplicité, de discrétion, de respect, de générosité, de bienveillance pour tous, quels qu’ils soient.

Après un parcours riche de vie et d’expériences, elle avait choisi, pour des raisons amicales, de venir s’installer à Nantes où elle gagna rapidement le respect et le coeur de tous. A la tête de l’association qu’elle avait créée en 2006, elle y avait apporté sa marque particulière de Tibétaine, sa vision des choses, portant haut la cause à travers un sens humain exprimé dans sa plénitude, généreux. Ce fut là l’originalité de l’association, dont nous étions tous très fiers.

Discrète et humble, elle ne parlait jamais d’elle-même. Elle était toujours là pour les autres et c’était là son équilibre et son bonheur : servir les autres.

Phurbu, fondatrice de “Tibet — les Enfants de l'Espoir”
Phurbu, fondatrice de
“Tibet — les Enfants de l’Espoir”

Lucide et courageuse jusqu’au bout, elle a accepté la maladie avec une sérénité étonnante. Elle nous a donné une grande leçon de vie. Elle a rejoint les siens en ce début d’année, pour se laisser porter par eux et les quitter, paisible, dans la douceur, entourée de leur amour et de leur affection.

Aujourd’hui, l’association est orpheline de sa créatrice. Nous avons perdu une grande amie, une soeur de coeur.

Sa générosité et sa simplicité ont marqué à jamais tous ceux qui l’ont côtoyée, de près ou de loin. Elle était Tibétaine, tout simplement.